Le répertoire des savoir-faire paysans

Recherchez par géographie

Affinez par catégories

N°1 à 10 sur 44 résultat(s)
55 Meuse

Reprendre une ferme et la développer

Paul s’est installé progressivement sur la chèvrerie de sa mère à partir de 2018. Il a développé un atelier maraîchage sur lequel il emploie une personne et s’occupe, lui, des chèvres et de la commercialisation. Ce jeune installé a mis en place de nombreux projets et en a encore en stock !
55 Meuse

Une ferme qui s’adapte et qui tente d’imiter la nature

Depuis une ferme intensive en laitier vers une ferme bio en polyculture élevage avec des vaches allaitantes, Frédéric et sa femme Delphine ont fait évoluer leur système vers plus d’indépendance et de respect de la nature. Cela passe par de la réactivité et de l’adaptation pour ces paysans qui n’hésitent pas à tester de nouvelles techniques et des nouvelles productions comme le maïs population. « Aujourd’hui je suis content et fier d’être indépendant et de faire ce dont j’ai envie »
55 Meuse

« Je suis le chef d’orchestre de mes champs et c’est magique »

François cultive des grandes cultures sur 170 ha depuis 40 ans. Il nous parle de son métier « passionnant » où l’on a qu’un patron : la météo. Après des années en conventionnel, François a radicalement changé sa façon de produire. Heureux de revenir aux bases : le sol et les plantes, il s’épanoui. « Je suis le chef d’orchestre de mes champs et c’est magique. »
55 Meuse

Élever des chèvres Angoras, découverte de la filière Mohair

Mélanie est installée en chèvre angora depuis 2004. Souhaitant concilier la nature avec l’agriculture et son envie d’avoir un élevage qu’elle peut conduire seule, les chèvres angora se sont imposées à elle petit à petit. Cette production atypique lui a demandé un travail de réflexion, notamment pour la commercialisation.
68 Haut-Rhin

La ferme sur le mont : entre autonomie et viabilité de l’élevage laitier

Jean-Bernard s'est d'abord installé seul puis a créé son EARL en 2017 pour accueillir deux associés. Aujourd'hui à quelques années de la retraite, il réfléchit à la transmission et nous fait part des possibilités d'évolutions et de diversification des ateliers de production.
55 Meuse

Un regard décentré de la ferme pour chercher l’émulation

Pour Rémi, la conversion des terres familiales en agriculture biologique était un point de départ obligatoire. Puis il a choisi de reproduire ses semences paysannes et faire évoluer son système vers de plus en plus de diversité, en travaillant avec la nature. Selon lui, il faut retrouver la même complexité qui existe dans la nature dans les systèmes agricoles, pour les rendre plus résilients face aux changements globaux à venir et pour retrouver la fertilité des sols.
55 Meuse

Deux frères pionniers de l’agroécologie et de la symbiose entre biodiversité et paysage cultivé

Sortie de terre en 2011, la ferme du Vallet Bona est une ferme pionnière en maraichage diversifié sur petite surface. Un engagement porté par deux frères qui s'inspirent des dynamiques au-delà des territoires meusiens. Pour eux, il est important de sortir la tête de l'eau et voir ce qui se fait ailleurs.
11 Aude

Se réinstaller, s’adapter, et valoriser ses savoir-faire.

Faire valoir ses droits pour se réinstaller. Des choix de production animale adaptés à l’environnement de la ferme. Allier une production artisanale et le plaisir du travail du cuir à la production de viande.
68 Haut-Rhin

Comme un chercheur, un paysan observe et analyse son environnement

Muni d’une thèse en Sciences de la Terre, Thiébaud décide de s'installer en 2017 en maraîchage bio-intensif sur sol vivant et sur petite surface. Il souhaite alors montrer qu'il est possible d'imaginer une agriculture moderne en synergie avec la nature, à la fois viable et complètement intégrée dans son écosystème.