Cette ferme fait partie du réseau des fermes Bio-Diversité porté par l’association Bio en Grand Est. Ce projet vise à mettre en place des trames verte et bleue au sein d’un réseau d’exploitations agricoles biologiques volontaires dans le Grand Est. Des diagnostics écologiques sont réalisés sur ces fermes, comprenant des préconisations de gestion et d’aménagements par les LPO Champagne-Ardenne et Alsace.

 

Résultats :

Sur l’exploitation viticole conduite en biodynamie, 133 espèces ont été répertoriées (79 de faune et 54 de flore), dont 26 présentent un enjeu de conservation fort, comme l’Alouette lulu ou le Damier de Succise.

Les abords des parcelles présentent la biodiversité la plus importante. Toutefois, les rangs de vignes, largement enherbés, sont profitables à la biodiversité : on y trouve des espèces qui n’y sont pas habituellement comme la Zygène de la petite coronille.

Globalement, les espèces notées dans les parcelles viticoles sont typiques des milieux ouverts et semi-ouverts (zones buissonnantes). La proximité de zones boisées joue en faveur d’une diversité avifaunistique et enrichit le nombre d’espèces observées.

La plupart des espèces de papillons, même celles les plus communes, subissent de plein fouet la disparition de leurs habitats de prédilection, notamment en raison du retournement des prairies. Il est donc important de restaurer ou de créer les habitats favorables aux papillons et plus largement aux insectes.

Préconisations :

Les pratiques appliquées sur l’exploitation sont déjà très favorables à la biodiversité : l’exploitation cherche donc à accueillir encore plus de biodiversité, dont les conséquences sont positives sur les productions gérées en Agriculture Biologique et en biodynamie.

Parmi les actions possibles pour favoriser la capacité d’accueil de la biodiversité au sein de la ferme, on peut citer :

  • L’enherbement des inter-rangs, qui fournit alimentation et refuge pour la faune et crée des corridors écologiques.
  • La plantation de fruitiers et d’arbres isolés, sites privilégiés pour les espèces cavernicoles et sources de nourriture pour les oiseaux.
  • La création d’abris naturels pour la petite faune (mammifères, reptiles, amphibiens) : tas de bois, murets, simple tas de pierres.