Une démarche collective et féminine

Cinq femmes sont à l’origine du projet : Lesley, Florence, Pat, Swann et Julie, avec l’envie portée par toutes de mettre en place un projet collectif et de faire ensemble. Depuis 2015, date de démarrage de l’activité, le collectif a bougé : certaines sont parties, d’autres femmes ont rejoint le groupe. Aucune d’elle n’ayant le statut agricole, elles ont décidé de créer une association « Naturellement chouette » pour bénéficier d’ un statut, porter ce projet et le faire vivre.

C’est d’un commun accord qu’elles ont décidé de mettre en place des cultures de plantes aromatiques. N’ayant pas d’accès direct au foncier, leur première démarche a été de chercher des terres, elles ont eu l’appui de la mairie de Rouvenac, qui souhaitant revaloriser les terres en friche, leur a loué deux parcelles communales pour un bail symbolique. Elles ont trouvé sous forme de location ou de bail, 2 autres parcelles dans un hameau proche et enfin une dernière parcelle en sortie de village, ce qui représente au total une surface de presque deux hectares. Leur choix des plantes s’est porté essentiellement sur des plantes de garrigue en fonction de leur adaptation au terrain, de leur capacité à résister à la sécheresse : lavande, thym, sarriette, sauge, romarin car les parcelles ne sont pas irriguées. La gamme est complétée par des plantes plus exigeantes en eau : menthe, camomille, verveine qui sont cultivées et entretenues dans leurs jardins familiaux par chacune d’entre elles. Un atelier leur permet de faire sécher les plantes à tisane et de conditionner leurs produits.

Au delà des décisions communes, le fonctionnement collectif porte essentiellement sur les gros travaux : plantations, récolte et conditionnement. Les chantiers sont organisés en commun. Les travaux d’entretien peuvent être réalisées de façon ponctuelle par l’une ou l’autre qui en informe le collectif. Lesley reconnaît qu’elles ont appris sur le tas et fait parfois des erreurs. Habitant dans différents villages, elles échangent plutôt par mail pour se donner les informations sur le suivi des cultures. Elles reconnaissent qu’elles font peu de réunion et elles aimeraient se retrouver plus souvent . Des bénévoles peuvent aussi apporter des coups de mains, les heures de travail sont notées et contribuent à mieux prévoir et organiser les chantiers. Elles reçoivent parfois des demandes pour faire du woofing.Elles sont aussi sollicitée par des personnes intéressées par l’aspect collectif du projet et par leur fonctionnement.

Conditionnement et vente : privilégier le local et le réutilisable

Les plantes sont soit séchées sur des claies dans l’atelier, soit distillées localement ou mises à macérer en faisant appel à un atelier de transformation « Les jardins de la Haute Vallée ».

La gamme proposée se répartit entre produits d’entretien et produits aromatiques destinés à la consommation (tisanes, Herbosel et Arômes de la garrigue). Les plantes sont cultivées en bio, au départ elles ne souhaitaient pas demander un agrément. Finalement elles ont choisi de demander la mention Nature et Progrès qui correspond à leurs valeurs et leur permet de commercialiser leurs produits dans les Biocoop (sauf Herbosel qui n’a pas la mention car le sel de Gruissan est local mais non bio).

C’est leur produit d’appel : le vinaigre aromatique ménager (VAM) qui représente la majeure partie des ventes, bien qu’au démarrage elles reconnaissent la difficulté de proposer un nouveau produit ménager dans un secteur déjà bien pourvu. Celui-ci est vendu en vrac, en kit ou en bouteille. Souhaitant s’affranchir du tout plastique, elles ont le projet de remplacer les bouteilles plastique par un emballage carton avec intérieur plastifié. En attendant de pouvoir trouver ces emballages dans un rayon proche de leur lieu de production, elles collectent et nettoient les bouteilles vides afin de les réutiliser et ainsi limiter les déchets.

Elles ont choisi de commercialiser dans des boutiques locales afin de limiter les transports et l’impact de ces derniers sur l’environnement. Les produits sont proposés à des coopératives, magasins ou Biocoop locaux et elles envisagent de mettre en place une vente à l’atelier. Il leur semble aussi intéressant de développer la communication en direction des chambres d’hôte afin de faire connaître leurs produits aux touristes, toujours en favorisant le territoire dans lequel elles vivent.

Un projet qui évolue …..

L’activité étant maintenant installée, un emploi vient de se créer afin de permettre de s’occuper de la gestion de l’association. Par rapport aux cultures, elles veulent rester à une petite échelle à dimension humaine et n’ont pas forcément en projet d’augmenter leurs surfaces, elles sont toutefois prêtes à envisager un partenariat avec une femme qui souhaiterait s’installer.

« Projet soutenu par l’Union Européenne, la Région Occitanie et l’Etat.

Intitulé du projet : « Création d’un pôle ressources sur l’agriculture paysanne en Vallée de l’Aude »

Contactez votre structure d'accompagnement local

ADEAR 11

Maison Paysanne de l'Aude
1 Avenue Salvador Allende

11300 Limoux

04 68 31 09 05

Contactez votre structure d'accompagnement local

ARDEAR Occitanie

Mas de Saporta
Maison des Agriculteurs Bât. B
34875 Lattes

04 67 06 23 67

Veuillez vous connecter pour voir les infos de contact

Télécharger la fiche

Veuillez vous connecter pour télécharger la fiche