Travailler à plusieurs sur petite ferme 

Fabrice avec un ami ont repris une ferme laitière au début des années 1970 pour faire un retour à la terre. Ils ont toujours était nombreux sur une petite ferme, jusqu’à 4 associés. Ils sont partis de presque rien et ont appris petit à petit. Ils ne bénéficiaient pas alors de beaucoup de matériel, ni de foncier et n’avait pas beaucoup d’argent à investir. Ils ont alors investi du temps humain. S’ils ont mis du temps à pouvoir dégager un revenu pour chacun, ils ont vite pensé leur organisation du travail – entre entre eux et avec les voisins – qui a permit le développement de la ferme et le dégagement du temps libre pour les associés. Ils ont ainsi réussi à faire carrière sur une petite ferme et à transmettre une exploitation laitière biologique où travaillent encore 3 jeunes associés.

Elevage et relation Homme / animal

Christine avait la responsabilité du troupeau. Aujourd’hui elle témoigne qu’elle a « appris énormément du chose du troupeau de vaches, sur la vie, sur moi, sur les relations entre les gens ». Car si pendant les études, on apprend les choses techniques, on apprend à construire une relation avec les animaux tout seul et « en faisant des conneries ». L’apprentissage passe beaucoup par la sensibilité, l’observation et un travail de réfléxivité. C’est un apprentissage qui s’impose à l’éleveur qui souhaite travailler en harmonie avec ses animaux, qui est prêt à « se laisser envahir par son troupeau plutôt qu’à essayer de le dominer ». Parler de ces choses avec Christine est passionnant car sa parole nécessite l’effort de mettre des mots sur une expérience sensible mais fondamentale dans le métier d’éleveur.

Expérience et investissment dans l'agriculture biologique

Fabrice s’est beaucoup investi pour le développement de l’agriculture biologique en Meuse et en Lorraine. Si dès le commencement du projet, enrichi de lectures sur le sujet, les associés étaient convaincus de la démarche, la concrétisation s’est faite par la suite, au moment où l’exploitation était prête, en 1985. A cette époque, il n’y avait pas de prime bio, pas de groupement de producteurs, ni de filière organisée. Ils ont converti l’exploitation progressivement, 20ha/an, avec la complicité de techniciens laitiers qui s’étaient passionnés par le sujet d’autant que la ferme était techniquement bien classée. Il était important, lors de la transmission que la ferme reste en agriculture biologique. Fabrice et Christine sont prêts à échanger sur l’expérience de la conversion et de la conduite en bio.

Veuillez vous connecter pour voir les infos de contact

Télécharger la fiche

Veuillez vous connecter pour télécharger la fiche