Des choix éthiques et philosophiques

 Céline s’est installée le 1er mars 2016. Le terrain était anciennement un verger, la première idée était de continuer dans ce domaine puis l’orientation s’est faite vers les plantes aromatiques. Aujourd’hui 1,7 hectares sont cultivés afin d’élaborer des hydrolats, des huiles essentielles, des huiles de massage, tisanes, aromates, boissons à base d’hydrolats, eau florale, et anti-fongiques.

Travailler avec le Conservatoire des arômes naturels a été un choix afin d’assurer une certaine qualité et spécificité de plantes. Céline travaille avec une salariée trois mois dans l’année.

Les produits sont commercialisés en marché, dépôt-vente, magasins de producteurs et magasins biologiques. Céline accueille différents publics afin d’expliquer son métier, les démarches qui permettent d’obtenir ces produits et cette qualité. Elle en profite également pour présenterles bienfaits des huiles essentielles. Pour une démarche complète, elle travailleen collaboration avec une réflexologue plantaire.

 

Du désherbage à la distillerie de plantes

 Le travail en extérieur commence mi avril-début mai et s’étend jusqu’au mois d’octobre. Cela consiste en du désherbage, de l’entretien de plants et se termine par lesrécoltes.Céline travaille avec peu de matériels et privilégie les mains pour faire ses plantations, ses récoltes, ses semis puisqu’il est difficile d’avoir du matériel adapté pour de petits espaces.

Le transport des plantes jusqu’à la distillerie se fait par brouette ou dans le coffre de la voiture.

La cueillette est très différente suivant les variétés, entre autres pour la menthe et le thym.

Par exemple, pour récolter 100 kilos de menthe on compte environ 1h30, tandis que pour l’équivalent de 100 kilos de thym on compte environ 3 heures de temps de récolte. Le thym est plus ligneux, fragile et difficile à ramasser.

 Ensuite vient la distillation. Elle se fait en différentes étapes et est assez longue. On compte en moyenne deux heures de cueillettes pour deux heures de distillation. En terme de matériel, Céline a une cuve de 300L, des séchoirs, le tout stocké dans des bâtiments résistant au gel.. Tout le matériel utilisé est en inox et demande un entretien permanent.

 Des convictions importantes

 Très impliquée dans le développement local, Céline a besoin de rencontrer des gens et de partager. Elle fait partie du conseil d’administration de l’ADA (Association pour le développement de l’Apiculture), l’ARDEAR Grand Est (Association régionale de développement de l’emploi agricole en milieu rural), de la Confédération Paysanne et elleparticipe aux réunions du GAB 52 (Groupement d’agriculteurs bio) et a le statut de conseillère municipale.

Membre du syndicat Nord Haute-Marne, elle participe à la redynamisation économique des projets agricoles, des problématiques alimentaires et territoriales. Céline estime que le rôle des agriculteurs est très important dans l’aménagement du territoire, notamment en Haute-Marne qui connaît peu d’artificialisation, L’entretien du territoire agricole permet donc de remettre de la vie sur ce territoire.

La préservation et le maintien de la biodiversité sont des enjeux primordiaux sur lesquels il est essentiel de se pencher. Et c’est à travers son métier, ses pratiques et le message que Céline fait passer qu’elle espère sensibiliser les jeunes générations.

 

Contactez votre structure d'accompagnement local

ARDEAR Grand Est

26, avenue du 109è RI
52000 Chaumont

09 62 38 73 62 06 46 53 79 02

Veuillez vous connecter pour voir les infos de contact

Télécharger la fiche

Veuillez vous connecter pour télécharger la fiche